DECLARATION de la FNEC FP FO au CTA* de Besançon du 22 janvier 2018

, par udfo25

L’ordre du jour de ce CTA propose une réduction des moyens du second degré de moins 10 ETP décidée nationalement. La FNECFP-FO ne peut qu’être opposée à cette décision qui va dégrader encore les conditions d’exercice des collègues qu’elle dénonce depuis plusieurs CTA tant en collèges qu’en lycées. Pour le premier degré, il semble que les moyens supplémentaires alloués ne suffiront pas à répondre à tous les besoins nouveaux, et prendre encore sur le dispositif plus de maîtres que de classe pour répondre aux projets ministériels ne serait pour la FNEC FP FO pas satisfaisant. Sur la carte des formations, donnée seulement pour information, La FNECFP-FO, après analyse, constate une diminution importante des capacités d’accueil dans la voie professionnelle sous statut scolaire sur les niveaux 4 et 5, des fermetures de CAP aberrantes et une volonté de ne développer que de l’apprentissage. Les 3 ouvertures de BTS ne sauraient compenser ces fermetures qui abandonnent un public qui aura des difficultés à trouver une formation en adéquation avec ses capacités. Alors que le ministère confirme qu’il a envoyé aux recteurs en décembre, un courrier leur demandant de ré équilibrer l’orientation en seconde professionnelle et d’arrêter la sur orientation en seconde générale et technologique, cela n’est pas vraiment sensible dans notre académie, au travers de l’évolution de la carte des formations. La priorité de développer l’apprentissage est relayée dans les propos très inquiétants de notre présidente de région dans la presse où elle annonce l’expérimentation de toutes les terminales bacs pro en apprentissage. Il serait d’autant plus inquiétant que Vous cautionniez cette mesure Mr Le Recteur, car si elle était mise en œuvre, elle signerait à coup sûr en 2019, la perte d’un grand nombre d’heures dans les DGH, et se traduirait par les pertes de postes associés. C’est déjà ce qui se passe dans les classes de bac pro aujourd’hui qui ont mixité des publics : La DGH qui leur est donnée à la structure, à l’élève près, déduit les apprentis de la dotation. De plus, généraliser l’apprentissage en terminale Pro, pour nos décideurs régionaux, ne fait que satisfaire un égo par des effets d’annonce qui à ce jour ne sont absolument pas validées par notre ministère comme l’a confirmé Mr Huart, responsable de la DEGESCO, à une audience donnée au SNETAA-FO le 10 janvier. C’est en plus, faire fi de la situation économique et méconnaître les conditions d’accueil des élèves en entreprises. A terme cela saturerait également très vite les capacités d’accueil de nos jeunes en stage. Sous couvert d’expérimentation, une de plus, il est mis en place des dispositifs sans consultation des personnels, sans consultation des CA, et en l’absence totale de textes réglementaires. C’est ainsi que nos collègues du LP Fertet à Gray dénoncent aujourd’hui la mise ne place à marche forcée d’une seconde à tronc commun en maintenance des véhicules (auto, moto), alors que les jeunes font un choix d’orientation précis dès l’entrée en seconde. Le résultat de l’expérimentation de cette année aboutit à la volonté de démissionner des jeunes qui ne peuvent plus intégrer la formation de leur choix initial. C’est donc une catastrophe, institutionnalisée dès le processus d’orientation sur affelnet, puisque celui-ci ne permet plus le choix d’option. La FNECFP-FO demande l’arrêt de cette expérimentation et le rétablissement du choix d’option dès la seconde en conformité avec les souhaits des élèves, des familles et des enseignants de la spécialité. Sur la voie professionnelle, la FNECFP-FO dénonce également :
-  Les fermetures sèches de CAP, telle celle au LP de Delle en peinture en 2017, alors qu’une ouverture en MBC (Maintenance des Bâtiments de Collectivités) était envisagée en 2018, en compensation, en parfaite cohérence avec la récente labellisation de l’établissement et sans besoin ni de plateaux techniques, ni de personnels supplémentaires.
-  Les fermetures annoncées en bac pro GA, sur des structures pleines qui sont la continuité d’un massacre de la filière professionnelle tertiaire, mettant à court terme en difficulté le recrutement dans les BTS tertiaires.
-  La fermeture d’une demi - section de Bac Pro Hôtellerie service à la rentrée prochaine au LP Pontarcher à Vesoul alors que s’ouvre le BTS correspondant. Par ailleurs, la plupart de ces projets de modifications de structures sont annoncés sans anticipation de la gestion des personnels concernés, c’est un véritable gâchis ! La FNECFP-FO rappelle ici rappelle son attachement à une filière professionnelle du CAP au BTS, et demande le respect des choix d’orientation des jeunes et de leurs familles tant à la sortie du collège qu’après le Bac. Aussi, conformément à ses mandats, elle appelle à la mobilisation intersyndicale et à la journée de grève le 1er février dénonçant le plan étudiants et toutes ses déclinaisons, notamment au travers de « parcoursup » * Comité Technique Académique