150 retraités se sont rassemblés le 31 mars...

, par udfo25

150 retraités se sont rassemblés le 31 mars place Pasteur à Besançon pour partir en manifestation jusqu’à l’Agence régionale de santé où Claude Candas a pris la parole au nom de FO. Vous trouverez ci-dessous l’intervention de notre camarade Claude et en document joint le tract commun appelant à cette manifestation.
Intervention de FO :

"Tout d abord, notre organisation devait vous faire une intervention sur le pouvoir d’achat et la revalorisation de nos pensions, or sur le sujet nous ne souhaitons pas vous faire un catalogue, nous connaissons donc tous la situation, vous savez tous que vos pensions sont gelées depuis un certain nombre d années et ce n’est pas le 0,4% que nous avons eu dernièrement qui va changer la situation du montant de nos pensions quel mépris, quelle honte après autant d’années de cotisations et après tant d’années à nous avoir exploités par notre travail.

Des petites voix d experts auto-proclamés insinuent que les retraités, qui, contrairement à d’autres catégories, n’ont rien perdu sur le plan économique,devraient, par solidarité, consentir à quelques sacrifices comme, par exemple, le gel des pensions, l’alignement de notre cotisation CSG sur celle des actifs, etc. Pour ces beaux parleurs, le salut passe par l’instauration d une plus grande austérité pour les retraités afin sans doute de remplir , quelle que soit la situation, une riche corne d abondance pour les actionnaires et pour les 0,1 % les plus fortunés dont les revenus ont explosé. Outre que c’est un raisonnement abject, c’est oublier que nous ne sommes pas responsables de cette situation et que nous subissons cette crise. Ce serait oublier un peu vite que depuis 20 ans, notre pouvoir d’achat n’a cessé de baisser ! Rappelons par exemple qu’en 2018 aucune revalorisation n’a été accordée, alors que la CSG augmentait de 25% amputant le pouvoir d achat de tous les retraités .

10% des retraités vivent avec moins de 1100€ par mois .

Non, les retraités ne sont pas des privilégiés !

Regardons la situation d’une manière globale.
Rappelons -nous, c’était au mois de mars dernier, le gouvernement qui nous avait dit que le virus ne risquait pas de venir chez nous était obligé de reconnaître qu il était là.
Alors Macron a réuni un conseil des ministres extraordinaire pour prendre les décisions qui s imposaient pour nous protéger.
Et ce conseil des ministres a décidé quoi ? Il a décidé de faire passer son projet de loi sur la retraite à points ou plutôt retraite en moins.Loi que nous combattons depuis des mois.
Mais cela n’a pas suffit pour mettre fin aux revendications des retraités et des salariés, pour lui l’arrivée du virus a été une aubaine et il a instauré l’état d urgence. Bien sûr il l’a appelé état d’urgence sanitaire.

Et puis, craignant que cela ne suffise pas, son gouvernement a fait une loi de sécurité globale qui porte atteinte aux libertés démocratiques et en décembre il a, par décret, autorisé le fichage des syndicalistes et de toute la population.
La déclaration nationale des six organisations syndicales qui nous appellent à être dans la rue ce jour dénonce également l‘Agisme.
Nos syndicats ont raison, c’est quoi l’Agisme ?
C’est très simple, c’est une façon de diviser en dressant les catégories les unes contre les autres :
Nous retraités, serions des privilégiés puisque nous ne subissons pas les conséquences de la loi qui réforme l’assurance chômage ...
Nous retraités serions des privilégiés puisque nous ne subissons pas le chômage partiel...
Nous retraités serions des privilégiés puisque nous ne sommes pas lockoutés comme le sont les travailleurs du spectacle ou du commerce dit non essentiel. Nous ne subissons pas ce que subissent les étudiants, les lycéens qui passent leur bac et tous les scolaires.
Certes, certes, mais ceux qui espèrent la division devraient se méfier car ces salariés en chômage partiel, ces salariés à qui ont impose le télétravail, ces salariés précaires qui n’ont plus un seul petit boulot, ces gens du spectacle, ces étudiants, ces lycéens, ces écoliers, ce sont nos enfants et nos petits enfants.
Et nous retraités nous subissons le blocage de nos pensions, l augmentation des prix, la dégradation des services publics.
C est pour nos revendications de retraités et pour les revendications de tous les salariés que nous sommes là et que nous manifestons malgré l inquiétude que nous avons, malgré la peur que nous distillent le gouvernement et ses services de propagande chaque jour, chaque heure, chaque flash info.

Nous exigeons :

- L’augmentation de toutes les pensions immédiatement a minima de 100€ par mois !

- L’abandon de la réforme des retraites !

- L’arrêt de toutes les fermetures de lits et des restructurations d hôpitaux !

- L’abrogation de l état d urgence !

- La possibilité d’être vacciné pour tous ceux qui le souhaitent !

- L abandon de toutes les réformes et loi en cours d’adoption et du décret du 2 décembre !

- L embauche massive des personnels nécessaires dans tous les hôpitaux et dans les Ehpad

Enfin, il faut répondre à certains qui, parlant du gouvernement, s’étonnent qu’il ne tire aucune leçon depuis un an alors que la preuve est là, sous nos yeux, pour montrer combien nous avons besoin des services publics.
Certains se demandent même ce qu’il faudrait pour que le gouvernement comprenne.
C’est une vrai interrogation.

Mais rappelons nous,il y a un an la réforme des retraites était urgente car il allait manquer 10 milliards dans les cinq années à venir, et sans la réforme, ce déficit allait mettre toute l’économie par terre, la France ne pourrait pas s’en relever. Depuis Macron et ses collaborateurs ont trouvé des centaines de milliards.

Le résultat est stupéfiant, en pleine crise, la bourse continue de monter. Mais il faudra rembourser nous dit-on.

C est pour cela que la politique de destruction des services publics se poursuit. En pleine épidémie, Macron, Véran et tout leurs sbires continuent à fermer des lits. En pleine épidémie Sanofi verse des milliards de dividendes et licencie les chercheurs. Ne croyons pas que Macron, Véran et les autres n’ont rien compris et qu’il faudrait leurs expliquer pour les convaincre.

Non Macron, véran servent les intérêts des capitalistes c’est tout.
Alors oui mes camarades,nos gouvernants sont tous coupables .
Coupables de la baisse de nos pensions ( CSG etc.)
Coupables de ne pas avoir revalorisé nos pensions
Coupables d’avoir fermé des lits et de continuer
Coupables de ne pas avoir mis du matériel et des personnels dans les Ehpad
Coupables d avoir démantelé les hôpitaux et les services publics
Coupables du désastre des retraités décédés dans les Ehpad
Coupables d’avoir touché à nos libertés
Pour nous à FO, notre travail de syndicalistes c’est d’œuvrer à l unité de tous les salariés avec les retraités avec la jeunesse avec toute la population laborieuse qui souffre. Car notre seule force dans la lutte qui nous oppose aux capitalistes , c est l’unité sur nos revendications.
Vive l’unité des retraités et de toute la population laborieuse.
Vive l’unité des syndicats sur les revendications